Préf. de Mié : Le sanctuaire d'Isé Jingû, lieu le plus sacré du Shintoïsme

Publié le

Préf. de Mié : Le sanctuaire d'Isé Jingû, lieu le plus sacré du Shintoïsme

Le grand sanctuaire d'Isé, (Isé Jingû 伊勢神宮) est, en réalité, divisé en deux complexes séparés d'environ 6km : le Gekû 外宮 (ensemble de l'éxtérieur), dédié à la déesse Toyôké de l'agriculture, des récoltes et des foyers, et le Naikû 内宮 (ensemble de l'intérieur) dédié à la déesse du soleil : Amatérasu.

Nous voici donc dans LE centre sacré du Shintoïsme. Avant de vous y rendre, les Japonais vous diront probablement que c'est SUGOÏ (super, extraordinaire), et vous vous attendrez alors, peut-être, comme moi, à un site visuellement impressionnant et grandiose alors que ce superlatif désigne, en réalité, non pas l'aspect proprement dit de l'endroit, mais ce qu'il représente spirituellement ! Si bien que certains touristes se retrouvent déçus, se demandant si ces deux ensembles de simples "huttes" de bois aux toits de chaume disséminées dans cette forêt de hauts arbres valaient bien le voyage.

A titre personnel, j'ignore s'il s'agissait de ma véritable spontanéité ou si je me trouvais sous l'influence et le conditionnement depart tout ce que l'on en dit, j'ai toujours ressenti en ce lieu quelque chose de pur, de limpide, de léger de divin, une espèce de magie invisible et palpable...

A l'ombre des majestueux cèdres de la forêt sacrée, les graviers clairs crissent sous vos pas ; ça et là quelques claquement de mains secs et énergiques de visiteurs en prière brisent le silence...

Préf. de Mié : Le sanctuaire d'Isé Jingû, lieu le plus sacré du Shintoïsme

Ci-dessus, à l'entrée du Gekû, cet endroit est étonnant. Si l'on avance les mains vers le petit monticule de pierres comme le font ces gens, on sent monter de la terre un flux très léger de chaleur vibrante !

Préf. de Mié : Le sanctuaire d'Isé Jingû, lieu le plus sacré du ShintoïsmePréf. de Mié : Le sanctuaire d'Isé Jingû, lieu le plus sacré du Shintoïsme
Préf. de Mié : Le sanctuaire d'Isé Jingû, lieu le plus sacré du Shintoïsme

Le mystérieux cheval blanc. Il parait irréel et lavé de toute vie terrestre. Il y en a dans les grands sanctuaires shintoïstes ; on les dit messagers des dieux... Ces chevaux m'inspirent toujours un sentiment de fascination mêlé à celui de la compassion pour ces innocents animaux enfermés dans leur rôle ingrat, semblant s'ennuyer confinés à longueur de temps dans ces espaces sombres et restreints...

Préf. de Mié : Le sanctuaire d'Isé Jingû, lieu le plus sacré du Shintoïsme
Préf. de Mié : Le sanctuaire d'Isé Jingû, lieu le plus sacré du ShintoïsmePréf. de Mié : Le sanctuaire d'Isé Jingû, lieu le plus sacré du Shintoïsme
Préf. de Mié : Le sanctuaire d'Isé Jingû, lieu le plus sacré du Shintoïsme

Devant le Naikû s'étend le Okagé Yokotchô, quartier construit à l'image d'une ville japonaise animée du XIXe siècle, avec sa pléthore de souvenirs et de spécialités. Bien entendu ultratouristique, mais sympa.

Oui, il y avait du monde ce jour et à cette heure-là ! Et toujours ces masques disgrâcieux :( !Oui, il y avait du monde ce jour et à cette heure-là ! Et toujours ces masques disgrâcieux :( !
Oui, il y avait du monde ce jour et à cette heure-là ! Et toujours ces masques disgrâcieux :( !

Oui, il y avait du monde ce jour et à cette heure-là ! Et toujours ces masques disgrâcieux :( !

ANECDOTES

Le sanctuaire Isé Jingû, ou plutôt son concept, fondé il y aurait environ 2000 ans, est reconstruit à l'identique tous les 20 ans dans le soucis "d'offrir aux dieux un habitat toujours frais et neuf". Et 20 ans représenterait une période idéale pour bien transmettre le méticuleux savoir faire des anciens aux jeunes. Par conséquent, même si l'ensemble reste fidéle à lui même depuis près de deux millénaires, les bâtiments de ce site sont éphémères. Et c'est pour celà que, malgré son importance culturelle énorme, il ne peut faire partie du patrimoine mondial de l'UNESCO !

Une dame de 80 ans : " Mon père médecin vers la fin des années 40, travaillant sans relâche et quasiment sans aucun jour de repos avait fait le voyage de sa vie, durant deux jours, avec nuitée sur place ! à Isé Jingû. Je ne l'avais jamais vu si heureux, et n'ai oublié son sourire radieux et détendu à son retour. YOKATTA YOKATTA (c'était bien, c'était bien) ne cessait-il de répéter." Pour dire l'importance d'un voyage au sanctuaire d'Isé pour un Japonais. Bien entendu, aujourd'hui , où pour beaucoup de Nippons un voyage à Paris relève prèsque de la routine, ça l'est bien sûr beaucoup moins qu'à l'époque, mais tout de même... SUGOÏ !

 

Kansaijin

Publié dans Centre & Shikoku

Commenter cet article

Michel 11/05/2015 18:23

Bravo pour les photos le sanctuaire d'Isé n'est pas facile pour les photographes, sacré oblige.

Kansaijin 12/05/2015 01:14

Merci !