Automne : Le jaune-or des ginkgos

Publié le par Kansaijin

Automne : Le jaune-or des ginkgos

Mis à part le rouge des Momijis, feuilles enblêmatiques et phares de l'automne japonais, il y a aussi, très présent même si moins couru, le magnifique et lumineux jaune-or des gingkos. Ici, ces arbres sont appelés Itchô, et si vous dites "ginko" à un Japonais, il comprendra "banque". Ses feuilles revêtent la forme de petits éventails ou celle de "palmes de canards" lorsqu'elles sont fendues au milieu.

Cet arbre, à l'apogée de son charme fin novembre-début décembre dans le Kansai, est, non seulement beau, mais aussi étonnant. On peut le qualifier de véritable "fossile vivant", car, apparu même avant les dinosaures, il existerait depuis des centaines de millions d'années ! Extrêmement résistant, le ginkgo aurait survécu à tous les boulversements climatiques de la planète, et, il serait aussi le premier à avoir germé sur les décombres d'Hiroshima que l'on croyait condamnée pour une centaine d'années.

Il nous est arrivé de Chine au XIIe siècle, où il est littéralement appelé : abricotier d'argent, même si son fruit n'a absolument rien d'un abricot, mais ressemble plutôt beaucoup à une mirabelle qui ne doit pas exister dans l'"Empire du Milieu" tout comme au Japon d'ailleurs !

Ce qui est surprenant aussi, est que ces "fruits" sont en réalité des ovules ! produits par les arbres femelles et pollinisés par des semences d'arbres mâles portées par le vent.

Immangables ces "mirabelles" se ramassent à l'aide de gants ou d'un sachet plastique retourné car leur chair, trèèès nauséabonde pour commencer, cause souvent des réactions allergiques. A l'intérieur, leur noix, appelée Ginnan est récupérée, elle, pour la manger (attention elle peut se révéler toxique en très grande quantité chez l'adulte, et dès 5 ou 6 chez un enfant). Un peu amère, d'une consistance un peu caoutchouteuse, elle est la star, la "cerise sur le gâteau" que l'on dépose au fond du Chawan-mushi (traditionnel flan salé japonais).

Des ovules de gingko (2cm environ de largeur)

Des ovules de gingko (2cm environ de largeur)

Oui, les ovules des Itchô femelles dégagent tristement et fortement une terrible odeur rance proche de celle de poubelles, si bien que les Japonais, sexistes, privilégient très largement les arbres mâles pour leurs villes.

Ci-dessous, l'avenue Midôsuji, appelée parfois "les Champs Elysées d'Osaka"même si sans l'Arc de Triomphe et les terrasses, célèbre pour pour ses Itchô :

Midôsuji 御堂筋 le 4 déc. 2015Midôsuji 御堂筋 le 4 déc. 2015
Midôsuji 御堂筋 le 4 déc. 2015Midôsuji 御堂筋 le 4 déc. 2015Midôsuji 御堂筋 le 4 déc. 2015

Midôsuji 御堂筋 le 4 déc. 2015

☆Les Itchô se trouvent également beaucoup dans les enceintes des temples, car, d'une résistance incroyable au feu, ils serviraient même de pare-feu !

☆Le ginkgo biloba, pour son nom scientifique, se retrouve souvent en phytothérapie ainsi que dans le domaine de la cosmétique. Les magazines féminins français regorgent de publicités de produits à base d'extrait de cet arbre. Je ne l'ai, personnellement jamais testé sous ces formes.

Plus extraordinaire encore lorsque les rayons du soleil traversent son épais feuillage jaune, le Ginkgo, un arbre éblouissant !

Kansaijin

Automne : Le jaune-or des ginkgos

A voir aussi :

Publié dans De saison

Commenter cet article