Kyôto : La maison de Kanjirô KAWAI, en immersion dans le Kyôto du siècle dernier

Publié le par Kansaijin

KAWAI Kanjirô 河井寛次郎
KAWAI Kanjirô 河井寛次郎

Pour qui voudrait découvrir un peu autre chose que des temples à Kyoto, il y a... la maison de Kanjirô KAWAI (1890-1966), un célèbre artiste céramiste, sculpteur, puis poête et auteur. (Photo ci-contre prise à l'intérieur de la maison)

Au milieu d'une calme ruelle ordinaire, elle ressemble à toutes les maisons traditionnelles de la ville. Ce n'est qu'après avoir passé la porte que l'on se voit transporté une soixantaine d'années en arrière dans le quotidien de l'époque, et celui de l'artiste. Un vieux plancher de bois patiné qui craque sous vos pas, tatamis et mobilier d'époque, ça et là des oeuvres de l'artiste et, par delà les larges fenêtres, la verdure du petit patio intérieur qui se profile. Un voyage dans le temps et la vie Kyotoïte, où tout semble murmurer des histoires du passé.

La maison vue de la rue

La maison vue de la rue

Kyôto : La maison de Kanjirô KAWAI, en immersion dans le Kyôto du siècle dernierKyôto : La maison de Kanjirô KAWAI, en immersion dans le Kyôto du siècle dernier
IntérieurIntérieurIntérieur

Intérieur

Détails - Dans la culture japonaise, on est très très sensible aux saisons. Aussi, ceux qui suivent les traditions auront toujours dans leur maison un ou plusieurs bouquets de fleurs fraîches Détails - Dans la culture japonaise, on est très très sensible aux saisons. Aussi, ceux qui suivent les traditions auront toujours dans leur maison un ou plusieurs bouquets de fleurs fraîches

Détails - Dans la culture japonaise, on est très très sensible aux saisons. Aussi, ceux qui suivent les traditions auront toujours dans leur maison un ou plusieurs bouquets de fleurs fraîches

Vue de la cour intérieure et du traditionnel ENGAWA, cette avancée de bois vers l'extérieur dans le prolongement d'une pièce intérieure, qui permet de s'asseoir dehors, de prendre le thé face à un jardin... Ici, deux coussins de paille et un rectangle de pierre pour y poser les pieds.

Vue de la cour intérieure et du traditionnel ENGAWA, cette avancée de bois vers l'extérieur dans le prolongement d'une pièce intérieure, qui permet de s'asseoir dehors, de prendre le thé face à un jardin... Ici, deux coussins de paille et un rectangle de pierre pour y poser les pieds.

Kyôto : La maison de Kanjirô KAWAI, en immersion dans le Kyôto du siècle dernier

KAWAI Kanjirô (puisque le prénom se place après le nom au Japon) originaire de la préfecture de Shimané, fut avant tout un créateur d'objets du quotidien, d'art populaire. A l'âge de 21 ans, très impressionné par les oeuvres du célèbre céramiste anglais Bernard Leach de passage au Japon, c'est chez celui-ci (et c'est éloquent si on compare les oeuvres) qu'il puisa tout d'abord son inspiration pour la création de ses oeuvres.

Quelques oeuvres de l'artiste (exposées dans le petit musée de la maison)Quelques oeuvres de l'artiste (exposées dans le petit musée de la maison)
Quelques oeuvres de l'artiste (exposées dans le petit musée de la maison)Quelques oeuvres de l'artiste (exposées dans le petit musée de la maison)

Quelques oeuvres de l'artiste (exposées dans le petit musée de la maison)

Son four, que l'on a orné d'une couronne de paille Shintoïste et sur lequel on a posé des offrandes de saké dans de petits récipients blancs (1), qui se prolonge en huit quartiers le long d'une pente (2)
Son four, que l'on a orné d'une couronne de paille Shintoïste et sur lequel on a posé des offrandes de saké dans de petits récipients blancs (1), qui se prolonge en huit quartiers le long d'une pente (2)

Son four, que l'on a orné d'une couronne de paille Shintoïste et sur lequel on a posé des offrandes de saké dans de petits récipients blancs (1), qui se prolonge en huit quartiers le long d'une pente (2)

☆"Lorsque vous vous trouvez si absorbé par votre travail que la beauté en surgit tout naturellement, celui-ci devient une véritable oeuvre d'art". Extrait de son essai : Nous ne travaillons pas seuls (1953).

☆D'une extrême modestie, Kanjirô Kawai a refusé le statut de Trésor National Vivant qu'on lui proposa. Il n'a même jamais signé ses oeuvres derrière lesquelles il voulait s'effacer. "Mon travail lui-même est ma meilleure signature"affirma-t-il. (Merci à "Vivre le Japon" pour ces passionnantes informations)

☆Kawai, ce joli petit mot à la mode qui veut dire "mignon", "craquant"... peut aussi (écrit avec des idéogrammes différents bien sûr) représenter un patronyme très répandu au Japon signifiant : "le puits de la rivière".

☆Petit hic, l'entrée coûte tout de même 900 yen ! (environ 7 euros aujourd'hui)

 

La maison de KAWAI Kanjirô, une escapade dans la vie Kyôtoïte des années 50, et la découverte d'un artiste...

Kansaijin

Publié dans KYOTO

Commenter cet article