Le Tamagozaké 卵酒, grog japonais de grand-mère contre le rhume

Publié le par Kansaijin

MIKAN (mandarines)

MIKAN (mandarines)

Littéralement "Saké à l'oeuf", le Tamagozaké 卵酒 est donc un remède de grand-mère japonais contre le rhume. Beaucoup de Nippons racontent que lorsque, enfants, ils sentaient qu'ils avaient attrappé un rhume, leur Obâtchan' (grand-mère) leur préparaient ce brevage requinquant à boire avant d'aller dormir, le soir, dans leur Futon. Tous ne gardent cependant pas un bon souvenir de ce goût !

Je l'ai moi-même expérimenté un hiver, lors d'un petit séjour chez une Obâtchan au fin fond de la campagne du Tôhoku 東北, au nord de la grande île de Honshû.

Ces photos illustrent le cadre où je me trouvais alors, dans une vieille et modeste maison pittorèque où l'on vit par-terre, sans l'ombre d'une seule chaise. "Issu Kilaï"(je déteste les chaises) aimait d'ailleurs répéter mon hôte.

1) L'entrée où l'on se déchausse 2) La cuisine au fouillis pittorèsquement japonais 3) Le salon ou pièce à vivre dans laquelle on mange aussi. Au milieu trône, en saison froide, le KOTATSU, table basse en dessous de laquelle est installé un petit chauffage électrique. Autour une couverture ferme et préserve l'espace chauffé où l'on introduit ses jambes assis par terre. Peut devenir une douce addiction!1) L'entrée où l'on se déchausse 2) La cuisine au fouillis pittorèsquement japonais 3) Le salon ou pièce à vivre dans laquelle on mange aussi. Au milieu trône, en saison froide, le KOTATSU, table basse en dessous de laquelle est installé un petit chauffage électrique. Autour une couverture ferme et préserve l'espace chauffé où l'on introduit ses jambes assis par terre. Peut devenir une douce addiction!
1) L'entrée où l'on se déchausse 2) La cuisine au fouillis pittorèsquement japonais 3) Le salon ou pièce à vivre dans laquelle on mange aussi. Au milieu trône, en saison froide, le KOTATSU, table basse en dessous de laquelle est installé un petit chauffage électrique. Autour une couverture ferme et préserve l'espace chauffé où l'on introduit ses jambes assis par terre. Peut devenir une douce addiction!

1) L'entrée où l'on se déchausse 2) La cuisine au fouillis pittorèsquement japonais 3) Le salon ou pièce à vivre dans laquelle on mange aussi. Au milieu trône, en saison froide, le KOTATSU, table basse en dessous de laquelle est installé un petit chauffage électrique. Autour une couverture ferme et préserve l'espace chauffé où l'on introduit ses jambes assis par terre. Peut devenir une douce addiction!

A l'aide de grandes baguettes et un rictus de vétérante, ma Obâtchan battit des oeufs avec un peu de sucre dans un récipient. Puis, dans une bouilloire, elle fit chauffer du saké et le versa trèèès doucement dans les oeufs en remuant vivement. Ce qui restera à jamais gravé dans ma mémoire, c'est cette cascade de feu qu'elle fit jaillir lorsque le saké commença à sortir du bec de la bouilloire, en l'allumant à l'aide d'une allumette. Pour brûler l'alcool, dit-elle.

Le Tamagozaké 卵酒, grog japonais de grand-mère contre le rhume

RECETTE

Il faut, par personne : 1 oeuf, une  bonne c.à.s de sucre (ou miel), 150 ml de Saké (*Attention vin de riz à 12 degrés environ et non l'alcool de riz beaucoup plus fort que l'on sert dans les restaurants chinois).

Pour ce qui est du flambage, je ne le fais pas chez moi (et je ne le conseille d'ailleurs pas surtout en présence d'enfants), je fais juste bien chauffer le saké dans une casserole afin de faire évaporer un maximum l'alcool. J'avoue qu'il soûle tout de même...et il y a aussi les vapeurs! Pour ceux qui se laissent tout de même tenter par l'expérience, je vous invite au maximum du maximum de PRUDENCE car je ne voudrais pas, mais alors pas du tout, être responsable de brûlures voire d'un incendie! Si je vous transmets cette recette, c'est pour vous faire du bien, on est d'accord !? Pour les enfants, il existe aussi une variante avec du lait, sans saké donc, ou alors moitié lait-moitié Saké, qui n'est pas mal non plus. Dans tous les cas, prenez garde à ne pas verser le liquide trop chaud et trop vite dans les oeufs sucrés, sinon, vous aurez des grumeaux d'oeuf caillé. Doouuuucement (YUKKULI)!

Tout dépend des goûts, mais je trouve le Tamagozaké assez bon, surtout avec une bonne quantité de sucre et peut-être une goutte d'essence de vanille... Avec son air de sabayon brûlant, il réchauffe et requinque. Son efficacité médicale n'est pas prouvée mais le jaune d'oeuf contiendrait une mollécule que l'on retrouve dans les médicaments pour la grippe...

Bien à vous,

Kansaijin

La chambre où j'ai dormi, avec la couverture électrique chauffante

La chambre où j'ai dormi, avec la couverture électrique chauffante

Commenter cet article

EvelineB 10/02/2016 02:32

Pas mauvais et ça réchauffe bien effectivement

Kansaijin 24/02/2016 02:07

Oui :)

Michel 08/02/2016 18:38

Sympathique j'essaierai.
J'ai eu l'occasion de voir ce fouillis pittoresquement japonais, mes amis en France ont une tout autre vision du quotidien des japonais.
Je garde du Tohoku un beau souvenir et nous avons été très touchés par la catastrophe qui en 2011 à touché la région

Kansaijin 09/02/2016 02:14

Vous me direz si vous l'avez trouvé bon !
Eh oui, le fouillis. Ce qui me surprend souvent, c'est le contraste entre le capharnaum de la cuisine et le minimialisme des chambres !
En effet, le Tohoku est une belle région, le Japon profond, celui de Matsuo Basho !
Là où j'ai séjourné, ce n'était pas au bord de la mer, mais au milieu, pas très loin de la préfecture de Yamagata, à Narugo que je présenterai dans mon prochain article. Les hôtels de cette ville avaient d'ailleurs accueilli des réfugiés de la côte.