Tôkyô : L'île Oshima de l'archipel d'Izu 2

Publié le par Kansaijin

Le jardin des camélias

Les camélias, Tsubaki 椿, fleurissent de la mi-novembre à la mi-avril, mais sont, particulièrement mis à l'honneur de fin janvier à fin mars.

Ils fleurissent partout sur l'île, à fleurs éparses dans de gros arbres-buissons très feuillus. Et, sur la route montant au site du volcan, se trouve le fameux jardin, payant (800 yen aujourd'hui!!!), où l'on peut en découvrir plusieurs varitétés. Cet endroit semble être la principale attraction touristique de l'île en cette saison.

Tout à fait honnêtement, ce jardin ne vaut pas son prix. Il n'est pas très grand, et les camélias ne fleurissent pas de manière très dense, à l'instar des Sakura par exemple. De plus, depart leur grande fragilité, les fleurs se flétrissent et se tachent rapidement, si bien qu'il est difficile d'en trouver une seule parfaite à photographier. Ce que j'ai préféré, c'est cet espace avec vue sur la mer au bout du chemin, et les arrangements floraux Ikébana du hall d'entrée. Je m'attendais peut-être trop à une explosion de camélias à foison avec des Anko dansant et jouant du Koto sous les arbres!

Sinon, pour voir des camélias, il suffit d'arrêter sa voiture, en pleine campagne, où les plantations productrices d'huile sont nombreuses, marcher un peu le long des propriétés agricoles où l'on peut voir travailler de sympathiques et pittorèsques couples d'agriculteurs âgés (car au Japon, cette activité représente bien souvent une occupation pour les vieux jours au contact de la nature, et/ou le complément d'une trop maigre pension...)

Après, pour les passionnés qui souhaitent voir différents types de Tsubaki, ne manquez peut-être tout de même pas le jardin!

Tôkyô : L'île Oshima de l'archipel d'Izu 2
Tôkyô : L'île Oshima de l'archipel d'Izu 2Tôkyô : L'île Oshima de l'archipel d'Izu 2Tôkyô : L'île Oshima de l'archipel d'Izu 2
Au fond du jardin, l'espace détente face à la mer, derrière laquelle montre son nez, parfois, le mont Fuji

Au fond du jardin, l'espace détente face à la mer, derrière laquelle montre son nez, parfois, le mont Fuji

Arrangements floraux du hall d'entrée du jardin des caméliasArrangements floraux du hall d'entrée du jardin des camélias
Arrangements floraux du hall d'entrée du jardin des camélias

Arrangements floraux du hall d'entrée du jardin des camélias

Le petit port de Habu 波浮 (litt. les Vagues qui Flottent!)

Au sud de l'ile, il représente un autre attrait touristique d'Ooshima pour son calme et son pittorèsque, ainsi qu'en souvenir d'une période très faste que le village connut plus de 100 ans en arrière.

La rue principale s'avère d'un délabrement frisant la ville abandonnée depuis 50 ans. Les seules traces de vie visibles sont ce linge séchant suspendu, et cette vielle épicierie si unique dans sa désuétude que de nombreux producteurs télé y envoient leurs "Talènto"dont les signatures tapissent les murs. Une belle-mère et sa belle-fille y font des croquettes de pommes de terre toutes fraiches. N'ayant rien trouvé a manger pour le petit déjeuner aux environs de notre pension (Minshuku), et ce village ne disposant pas du moindre endroit pour manger, nous en achetons, avec un pot de nouilles deshydratées pour lesquelles le grand-père en caleçon dans la pièce attenante nous a fourni de l'eau bouillante avec un grand sourire et mille excuses pour les quelques minutes que cela a pris.

Tôkyô : L'île Oshima de l'archipel d'Izu 2
Tôkyô : L'île Oshima de l'archipel d'Izu 2Tôkyô : L'île Oshima de l'archipel d'Izu 2Tôkyô : L'île Oshima de l'archipel d'Izu 2
Tôkyô : L'île Oshima de l'archipel d'Izu 2Tôkyô : L'île Oshima de l'archipel d'Izu 2

Nous les mangeons sur un muret du port, où nous sommes coincés pendant plus d'une heure entre deux bus. Dans l'eau, quelque chose de noir s'agite, c'est un plongeur qui cherche de gros coquillages au fond de la mer. Une grosse mouette vient se promener nonchalamment... Un bateau de pêche arrive. Il s'arrête au bord de la berge. Il ramène une prise. Un collègue pêcheur s'avance, puis une famille de touristes en vacances. Ils s'extasient bruyamment. Nous allons voir. Il s'agit d'un... requin de plus de 2m de long, le regard vif, bougeant ses mâchoires aux rangées de dents pointues!!!

On vient aussi, l'été, à Ooshima, afin de profiter de ses plages sauvages... Je crois, et j'en suis même sûre, que je vais m'abstenir.

Tôkyô : L'île Oshima de l'archipel d'Izu 2
Tôkyô : L'île Oshima de l'archipel d'Izu 2Tôkyô : L'île Oshima de l'archipel d'Izu 2Tôkyô : L'île Oshima de l'archipel d'Izu 2

Il nous reste encore 3/4 d'heure. Nous prenons l'escalier du petit circuit touristique qui monte sur la falaise. En chemin, une ancienne auberge, à l'époque où Habu était un port connu, où l'on venait y dormir, et faire la fête. Un voyage dans le temps, avec les intérieurs laissés tels quels depuis, agrémentés de poupées à taille humaine d'une surprenante réalité. Et la visite est gratuite!

Tôkyô : L'île Oshima de l'archipel d'Izu 2
Tôkyô : L'île Oshima de l'archipel d'Izu 2Tôkyô : L'île Oshima de l'archipel d'Izu 2
Tôkyô : L'île Oshima de l'archipel d'Izu 2Tôkyô : L'île Oshima de l'archipel d'Izu 2Tôkyô : L'île Oshima de l'archipel d'Izu 2

Plus haut, gratuitement aussi, on peut entrer dans la maison d'une riche famille, d'antan aussi..

Tôkyô : L'île Oshima de l'archipel d'Izu 2Tôkyô : L'île Oshima de l'archipel d'Izu 2

... et se promener dans une petite rue qui me rappelle un peu Okinawa.

Tôkyô : L'île Oshima de l'archipel d'Izu 2Tôkyô : L'île Oshima de l'archipel d'Izu 2

Voilà, notre week-end à Ooshima se termine. Les Anko (jeunes filles) qui nous avaient accueillis à notre arrivée sont là pour nous dire au revoir, à nouveau sur le port.

Tôkyô : L'île Oshima de l'archipel d'Izu 2Tôkyô : L'île Oshima de l'archipel d'Izu 2

Et, en une heure, nous retrouvons Atami, ses grands hôtels de luxe serrés à flanc de montagne, son bord de mer animé avec déjà, c'est incroyable, des fleurs de Sakura! Je ressens une agréable impression d'être revenue à la civilisation et au confort! Quel contraste!

En conclusion, Ooshima, que dire?... Une très belle promenade sur le volcan Mihara, des camélias, des vues sur l'océan, de la nature, du calme,... mais aussi une désuétude, une décrépitude assez déprimante, un service qui laisse parfois à désirer, le parcours du combattant pour trouver à manger...

J'ai bien envie d'y retouner, une autre saison, octobre par exemple, refaire la promenade du volcan avec les couleurs de l'été, emporter cette fois mon maillot de bain afin de profiter des magnifiques bains thermaux extérieurs, ne pas oublier de prendre des provisions aussi, notamment des petits pains pour le petit déjeuner, des en cas, un pique-nique...Je prendrai soin aussi de réserver assez longtemps à l'avance mon hôtel, ou alors je m'y rendrai à la journée... , et une voiture pour être plus libre.

Maintenant, j'ai bien envie de m'acheter à nouveau une bouteille d'huile de Tsubaki pour traiter mes cheveux. Depuis mon retour d'Ooshima, j'ai l'impression que les petites boites jaunes à la fleur rouge me clignent de l'oeil dans tous les magasins!

 

☆INFO PRATIQUE :

Dans le hall d'accueil sur le port, à la descente du bateau, il y a des informations touristiques, des cartes, des pass pour bus qui font le tour de l'île. Ils coûtent au jour d'aujourd'hui 2000 yen la journée, et 3000 yen pour deux jours. Pour uniquement l'aller/retour vers le volcan, inutile de le prendre, cela revient à moins de 2000 yen.

Voilà, alors, bon séjour virtuel ou réel à Ooshima!

Kansaijin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article